Préparation et déroulement d'une prestation drone

Imaginons un client prenant contact par téléphone.

Après les premiers échanges de présentation, vient le moment de préparer et valider la faisabilité de la prestation.

Toutes les idées ne sont pas réalisables, les envies sont énormes, parfois, il nous est impossible de satisfaire à toutes ces idées.

 

Dans le cas d'une demande avec prises de vues drone, nous vous demanderons en premier, le lieu envisagé pour les captations.

En France, une réglementation existe depuis Avril 2012, une première fois modifiée en décembre 2016 (applicable en janvier 2017) et pour la dernière, en juillet 2018 (avec plusieurs décrets qui applicables depuis).

Pour en savoir plus: https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/drones-usages-professionnels

 

La première chose est de regarder si les lieux de vols seront situés en agglomération (communes, villes, zones industrielles et artisanales, etc), si c'est le cas, une déclaration préalable sera nécessaire. La déclaration préalable est un dossier CERFA que nous adressons à la Préfecture du département dans lequel l'agglomération est située. Un délai réglementaire de 5 jours est imposé (en plus du jour de dépôt de la déclaration).

Ensuite, il nous faudra prévenir la mairie dans laquelle la dite agglomération est située, souvent, les Préfectures, préviennent en direct ces mairies mais ce n'est pas toujours le cas.

 

Ensuite, nous regarderons si les zones d'activités prévues, sont intégrées, ou pas, dans une zone spécifique réglementée.

Il y en a une multitude, à la fois sur terre comme en mer. Pour ça, nous avons un site référent, mach7drone (https://www.mach7drone.com) sur lequel il nous suffit de cliquer sur le secteur de vol prévu afin de connaître les restrictions dans un cartouche.

Ces zones sont spécifiques, on peux citer les fameuses zones D18A et B de la CCMAR (visible sur la photo ci-dessus), et oui, même en mer, nous avons des restrictions ...... les AFIS, CTR aéroports, les zones de vol basse altitude etc, etc (voir détails en bas de page)

A chaque fois, il nous faut prendre contact avec le gestionnaire de ces zones et établir un "protocole" dans le but d'éviter tous problèmes et de prévenir de notre présence sur zone (s'ajoute donc encore un délai qui peut varier suivant les demandes et secteurs de vols).

 

Passé ce temps de déclarations, vient le temps de préparation du matériel.

Chacun à sa façon de faire, chez Askell Drone Prod, on utilise des check-lists en fonction du matériel utilisé et des prises de vues commandées.

Ça va de la charge de toutes les batteries, du contrôle statique et dynamique du drone, du contrôle du bon fonctionnement des applications nécessaires au pilotage, à la préparation des indicateurs de sécurités (chevalets, ruballises, cônes, etc.) pour la mise en place des zones d'exclusions.

Bref, un passage obligatoirement précis afin d'éviter le maximum de problème une fois en prestation.

 

La météo !

 

Inutile de préciser que s'il pleut, les vols seront impossibles. Certains, le font malgré tout mais les risques sont présents, les moteurs, l'électronique embarquée (même intégrée dans la coque de l'aéronef) sont sensibles à ce genre de perturbateur, sans compter les petites gouttelettes qui seront fréquemment visibles sur l'objectif de la caméra pendant le vol (si toutes fois, l'envie venait de voler malgré la pluie) donc avec des résultats plus que négatifs, faute de pouvoir utiliser les rushs dans ce cas.

Puis le vent..., ah, le vent !!! les drones sont assez compétitifs mais restent sensibles lorsque le vent s'y met. Le plus compliqué n'est pas systématiquement le vent fort mais surtout les rafales de vent qui vont venir déstabiliser le drone et suivant la force pourrait entrainer une chute mais aussi un à-coups qui rendrait le plan inutilisable (ce qui est recherché, c'est la fluidité, un à-coups ne donne rien en valeur ajoutée).

 

Donc en fonction de la demande du client (ciel bleu), de l'environnement, un point est systématiquement fait 24 heures avant la prestation afin de déterminer du report ou du maintient de celle-ci.

Dans le cas de météo inappropriée, il nous faudra voir avec le client si l'on reporte la prestation ou si on la maintient.

Le jour venu, la météo étant changeante, on peut être amené à refuser le décollage car le vent est trop fort par rapport aux prévisions et donc à l'utilisation du drone pour réaliser les vues.

 

Autre point important, dans le cadre de prises de vues 360°, avec l'ajout d'une caméra supplémentaire, le comportement du drone est un peu modifié, dans ce cas là, les limites météorologiques sont abaissées dans le but d'éviter les problèmes.

 

Le jour J

 

Une fois tout ces points contrôlés et validés, vient le temps des prises de vues.

Une fois sur zone, il nous faut mettre en place des zones d'exclusions, suivant le drone utilisé, le type de prise de vue et la zone dans laquelle on évolue.

Cette zone se matérialise par le biais de cônes de type chantier, de ruballises et de chevalets. Elle sert à empêcher toute personne extérieure à la réalisation des prises de vues, de se trouver à proximité du drone pendant les phases de décollage et d'atterrissage.

Souvent, nous sommes dans l'obligation de bloquer une rue, un axe routier, avec de temps en temps des arrêtés à mettre en place, tout cela pour une raison évidente de sécurité des tiers.

 

Exemple type d'une zone d'exclusion mise en place sur le Môle de St Malo (bout de jetée)

Pendant les vols, aucun survol de tiers extérieurs à la prestation sera autorisé, c'est encore pour une raison de sécurité en cas de perte de contrôle du drone (ça reste de l'électronique et malgré toute notre expérience, nous ne sommes pas à l'abri d'un problème de ce genre, entrainant une perte de contrôle du drone).

 

Voilà, tout s'est bien passé, la préparation est longue mais l'important, c'est le résultat, et le visuel aérien apporté par le drone est bien plus qu'appréciable !!!!!

 

Pour résumer:

 

Il est très important de bien s'entendre sur les lieux et types de prises de vues recherchés, cela apporte un gain de temps important.

Les envies clientèles ne sont pas toujours réalisables, le temps alloué n'est pas toujours adéquate et c'est pour cela qu'un échange reste indispensable entre le prestataire et le donneur d'ordre, dans l'idée d'avoir le plus beau résultat possible, c'est notre but !!!!!

Quelques liens utiles:

Guide d'activités particulières: https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Guide_drones_activites_particulieres.pdf

S.I.A (Service de l'Information Aéronautique): https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr

Information Aéronautique de la DIRCAM: https://www.sia.aviation-civile.gouv.fr

 

Quelques zones réglementées:

Zones P: Zones interdites, l'utilisation des drones y est interdite, sauf en respectant les conditions de pénétration publiées.

Zones R: Zones réglementées, l'utilisation des drones n'y est possible qu'avec l'accord du gestionnaire de la zone.

Zones D: Zones dangereuses, comme pour les zones R, l'utilisation des drones n'y est possible qu'avec l'accord du gestionnaire de la zone.

Parc Nationaux et réserves naturelles: Les parcs et réserves concernés sont publiés par la voie de l'information aéronautique